Projet du futur contrat

Dans les années à venir, seront donc développés à la fois des projets de recherche visant à assurer la progression des noyaux dur théoriques spécifiques à chaque domaine, et des projets de recherche nécessitant la contribution de chercheurs et cadre conceptuels hétérogènes de façon à prendre en compte la complexité des problèmes professionnels et à concevoir des systèmes d’aide à l’activité des participants. Dans ce cadre, l’ingénierie de contexte au coeur des travaux menés n’est pas une application ou une valorisation des résultats de recherche, mais à la fois son point de départ et sa condition de réalisation.

Les enjeux de la négociation d’objets d’études pour l’ingénierie seront de :

  • Développer des recherches utiles à la résolution de problèmes spécifiques. Cette orientation “technologique” de la recherche, n’exclut pas une approche fondamentale. Au contraire, s’inspirant du concept de “programme de recherche” (Lakatos, 1994), le développement de “noyaux durs” théoriques différents est conçu comme une activité à la fois autonome et dépendante de l’ingénierie de contexte générée.
  • Construire une cohérence théorique non décrétée a priori, mais définie au regard de la nature des objets traités et de leur niveau de complexité. Une approche multiniveaux des phénomènes étudiés doit permettre d’éclairer les objets d’étude à des échelles temporelles différentes et (micro, meso, macro) et en rapport avec l’activité/expérience des acteurs (niveau intrinsèque) ou avec les artefacts générés par l’activité des collectifs, chercheurs et participants (niveau extrinsèque).
  • Concevoir des transformations de l’activité des participants et des dispositifs d’intervention et/ou de formation de façon non surplombante. C’est à partir d’une communauté scientifique élargie (Clot, 2004), qu’il est possible de négocier et apporter conjointement des transformations de l’activité et des dispositifs en question (a) par les acteurs au cours de leurs activités ordinaires d’évaluation, bilan, planification etc. et (b) par les chercheurs, à partir des connaissances produites sur les dispositifs et les activités observées.